Découvrir les vêtements traditionnels de la Mayotte

Souvent, les habits qu’on porte mettront en valeur de ce qui nous sommes réellement. Parfois, on adore porter des vêtements qui sont à la mode, car on pense qu’en portant cela, on est à jour de la tendance, bref, chacun son choix. En Mayotte, presque la moitié des gens adorent porter encore des vêtements traditionnels à cause de diverses raisons qu’ils n’ont pas détaillés. Ils en existent de différents styles en fonction du moment et l’endroit qu’on les porte.

Le salouva.

En Mayotte, quand on est invité dans une fête, ou on organise un événement, la première chose qui nous vient à l’esprit est de choisir nos tenues. D’abord, on doit connaître, quel événement s’agit-t-il ? Ensuite, quel est le thème ? Et c’est en fonction de ceux-ci qu’on définit nos vêtements, sans quitter le thème traditionnel. Qu’on soit homme ou femme, porter une tenue traditionnelle valorise notre corps et favorise nos coutumes, ils affirment.

Dans les îles du Trapèze des Mascareignes, surtout en Mayotte, porter une tenue traditionnelle est très important, que ce soit dans une fête ou au quotidien. Par exemple, le salouva, c’est un vêtement standard, qu’on peut mettre lors d’une cérémonie ou quotidiennement, ce qui les différencie est la façon comment on la porte. Au quotidien, on met souvent le salouva au niveau de la poitrine pour les femmes, et on met un t-shirt dedans. Mais dans une fête, on porte un salouva broderie.

Un salouva broderie est en effet une tenue s’avère très onéreux, il est souvent porté dans les occasions très importantes. Si on porte cette tenue, ce qu’on peut nous classifier dans les hautes catégories de personnes très connues, très honorées. Le salouva est comme son nom l’indique, c’est une sorte de sari de femme.

Autres types de vêtements traditionnels.

Le kishali est une tenue traditionnelle de la Mayotte, il est souvent porté sur l’épaule, c’est également un châle qui couvre les chevelures. Il en existe aussi ce qu’on appelle la mégaline, c’est une tenue que les femmes portent tous les jours, comme ainsi le cas de nambawane. Souvent, il s’avère moins respectant de mettre ces tenues pendant une grande cérémonie, car ils ne sont pas présentables.

Souvent attirer par le développement, la jeune génération a tendance à donner de style aux vêtements traditionnels, elle a donc décidé de défaire le salouva en d’autres modèles. Dorénavant, le salouva est porter comme une écharpe sur les carrures ou sur les chevelures pour la nouvelle descendance. Le salouva est donc devenu ce que l’on appelle le chiromani, un nom qui vient d’Anjouan. Pourtant, cela ne nous empêche pas de porter comme le bon nous semble auparavant le salouva.

Le sinzamo fait partie de différents types de tenues traditionnelles de la Mayotte, ce n’est certes pas un vêtement, mais il ne peut pas être séparé de la tenue. Il est fabriqué avec un bois de santal, il a été conçu pour protéger la peau au soleil. C’est une sorte de masque intégral afin de pouvoir accentuer les traits de la figure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *